Pierre Crozat PhD

SYSTÈME CONSTRUCTIF DES PYRAMIDES

LE GÉNIE DES PYRAMIDES

Première partie :
ÉTUDES PRÉLIMINAIRES 1990-97

  1. C.V. Architecte-Urbaniste EPFL
  2. 1996 - Système Constructif des Pyramides
  3. 1996 - Accroissement pyramidal : simulation
  4. 1997 - Présentation générale :
    1. Résumé
    2. Introduction
    3. Une recherche scientifique, technique et opératoire
    4. Le procédé d'accroissement pyramidal
    5. Hérodote avait raison
    6. Provenance des matériaux
    7. Continuum technique
    8. Conclusion

Deuxième partie :
ÉTUDES DOCTORALES 1998-2002

  1. 2002 - Thèse de doctorat en Génie civil
  2. 2002 - Publication de « Le Génie des Pyramides »
  3. 2002 - De la géologie à l'édification
  4. 2002 - Pyramides et Mathématiques

Troisième partie :
ÉTUDES POSTDOCTORALES 2003-2017

  1. Le génie des pyramides
  2. Maquette de construction
  3. Infographie des phases de construction
  4. 2005 - Année mondiale de la Physique
  5. 2006 - Apprentissage ludique et pédagogique
  6. 2006 - Revue du Palais de la « Découverte »
  7. 2017 - Simulation paléo-topo-stratigraphique du plateau de Gizeh

Quatrième partie :
ÉTUDES DE FINALISATION 2018-2019

  1. 2017 - Hypothèse géologique
  2. 2017 - Lettre ouverte à Hany HELAL
  3. 2018 - Lettre circulaire à mes pairs
  4. Panneaux successifs d’Exposition
  5. Expériences pédagogiques
  6. La machine d'Hérodote
  7. Curriculum Vitae Chercheur

Cinquième partie :
PUBLICATION & MODÉLISATION INFOGRAPHIQUE ANIMÉE 2019 - en cours

  1. 2019 - Communiqué
  2. De la logistique algorithmique ?
  3. Khéops : construction infographique

PROJETS ÉVÉNEMENTIELS

  1. 2006-2008 - Paris, duo de ses pyramides
  2. 2010 - Du Génie des Ouvrages & des Hommes
  3. 2013 - Marseille, pyramide de savoirs

Retour au portail du site

HÉRODOTE AVAIT RAISON

De fait, l'ensemble de la description du mode de construction de la pyramide de Khéops par Hérodote (L' Enquête - Livre II- Articles 124 et 125), demeurée hermétique jusqu'alors, est élucidé et corroboré par ce travail de recherche scientifique, technique et opératoire.

Les termes techniques grecs de «  bomides » [16] et «  crossaï » [17] sont définitivement explicités, respectivement «  pierre servant d'appui - formant entablement » et «  pierre montant l'escalier - posée en encorbellement », chaque bloc sera appelé « crossaï » quand il gravit l'escalier et « bomides » une fois posé à sa place servant alors d'appui au « crossaï » suivant.

Le pharaon Khéops était bel et bien dans son sarcophage, toujours en place dans la chambre du roi, où l'aura trouvé le calife Al Mamoun en 827, après avoir découvert le départ du couloir ascendant dissimulé - avant qu'elle ne tombe - par une pierre de parement prévue à cet effet, comprise dans l'habillage du couloir descendant.

La légende rapportée, par deux fois, par Hérodote selon laquelle Khéops aurait été enseveli sous sa pyramide (et non pas dans sa pyramide), « sur une île entourée d'eau », n'avait pour but que de leurrer les pilleurs de tombes, ce qui à l'évidence à fonctionné durant 35 siècles !

Hérodote avait néanmoins pris la précaution du « on dit ». En fait l'explication rapportée par Hérodote contenait la solution depuis 25 siècles, que les égyptologues-archéologues attendaient d'un texte hiéroglyphique ou d'une découverte fortuite. La traduction que nous proposons devra néanmoins être vérifiée.